Exposition

Sans parole


Images, idées, émotions, graphismes, sonorités…
Le langage est imprégné de valeurs symboliques et évocatrices dans ce qu'il exprime, mais aussi dans ce qu'il n'exprime pas.

Dans les analyses symboliques, il apparaît que l'écriture est le substitut dégradé de la parole, qu'elle symbolise la perte de présence, qu'elle arrive quand la parole se retire.
On pourrait donc dire de la photo qu'elle est le substitut dégradé de l'émotion, qu'elle cimente l'instant et qu'elle arrive quand les mots n'agissent plus.Mais toutes les deux induisent un échange visuel et personnel, car elles sont lues individuellement et en silence. Les sensations naissent alors de la rencontre entre un support et son contemplateur.

L'écriture comme l'image s'adressent à l'homme ; et ces figurations concrètes peuvent imposer le sentiment qu'exprimer n'est pas seulement évoquer, mais réaliser.''je t'aime'' est le cri du cœur de celui qui l'a dessiné et il est perçu comme tel par celui qui le voit. On écrit pour fixer définitivement et pour donner aux mots une force agissante.Mais quand un autre créateur se l'approprie, notamment par l'image, il modèle cet effet et le rend plus durable encore.Cette superposition de signes se charge alors d'une force magique et communicatrice.

Par cette rencontre, chaque élément n'est plus une unité de sens mais devient un signe idéographique. Il permet ainsi d'évoquer des idées abstraites voire allégoriques qu'il serait impossible d'aborder par la simple utilisation d'images ou de mots conventionnels. A partir de là s'ouvre une nouvelle évocation, celle des émotions du contemplateur. L'association de ces deux expressions, une fois maîtrisée, s'introduit dans l'intimité de chacun et s'ouvre sur la communication de nouvelles perceptions.

Mot et image utilisent des systèmes de signes distincts dont la raison d'être est de représenter l'une la parole, l'autre l'émotion. Leur double utilisation crée des supports de sensations qui fixent l'esprit sur un nouveau langage qui va ainsi le transporter et le concentrer sur une réalité différente.


Texte de Vanessa Nizio